Voyageurs des strates

20 mai 2018

Oyanbeltxa - initiation à la spéléo rampante...

Dimanche 20 mai 2018

Les ceux du club : Bernie, Hélène, Noémie, Philippe A., Philippe P., Samuel, Serge
Les initiés du jour : Laetitia, Ophélie, Valérie, Gexan, Grégoire, Jules, Kaiet

Les deux initiateurs encore actifs au club (moyenne d'âge 60 ans !) ont essayé de réjouir les petits jeunes et moins jeunes du club à la joie de patauger dans la boue.

Philippe au tamponnoir Hélène, Bernie, Grégoire et Samuel
On a profité de l'occasion pour amener, qui son frère, qui son ou ses fils, qui sa collègue de travail, qui son amie, qui une jeune fille qui passait par là.

On entre dans l'antre Le célèbre passage bas

Au final, on se retrouve à 14 dans une cavité prévue pour 2 personnes. Tout au moins sur certains tronçons, disons serrés-collé (à la paroi).

Sam en pleine contemplation Salle du restaurant

Jugez par vous-même de l'ambiance...
Sans commentaire
 Mais où qu'il est le passage ?

Voilà, on sent une séance contractée, tentue, fade et tristounette...
Petite question : L'un est le frère de l'autre... Lequel ?

Sam et Greg Ou peut-être Greg et Sam ?

Le boyau terminal Avec autorisation parentale !

Finalement, contre toute attente, nous sommes tous bien ressortis, en parfait état. Enfin, parfait état moral et parfait état de santé... Pour les vêtements, c'est autre chose !
Ouf, tous sortis !
 Gexan et Kaiet 

Autre question : C'est qui ? Ennui mortel ! La spéléo, c'est nul.

 

Temps passé sous terre 3 h 30

Serge

Posté par sergeplanes à 22:09 - Commentaires [1] - Permalien [#]


10 mai 2018

EL 71,la perle d'Urkulu

P1030423C'est finalement à six que nous nous retrouvons en ce jeudi férié afin d'aller découvrir les merveilles du gouffre Sandwich,ce qui est bien par les temps qui courent.Sur les six,la mémoire du gouffre est avec nous,Serge,ce qui évitera de nous perdre et d'errer pendant des heures dans les méandres infâmes de la cavité.

Bien sur,il pleut et il y a du brouillard,le contraire m'aurait étonné.Le danger de la montée n'est pas la présences de vaches et autres brebis mais plutôt la présence nombreuse de K way jaunes et rouges qui n'hésitent pas à traverser au dernier moment tels des poules évadées de la basse cour.Nous parvenons quand même aux cayolars d'Elhurssaro sans encombre.

P1030424Une fois tout le monde équipé,nous partons vers l'entrée que nous atteignons après une petite marche de vingt minutes.P1030426

P1030428Le boyau d'entrée est rempli de limon et de débris preuve que le ruisseau d'Elhursarro a sacrement dû couler recemment.

P1030434La principale difficulté arrive rapidement et tout le monde arrive en bas du puits malgré une déviation pas évidente.

P1030429C'est parti maintenant pour une longue partie de ramping pour atteindre la salle aux exentriques but de cette journée.ça racle,ça rampe,ça se cogne,mais personne ne se plaint de cette randonnée un peu spécialeP1030435.

Nous atteignons finalement assez rapidement la salle signe d'une bonne équipe.P1030447P1030451Nous n'avons pas pris de cordes supplémentaires pour atteindre le fond,ce sera pour une prochaine fois,il ne faut pas en demander trop la première fois que l'on vient ici afin de pouvoir retenir les plus beaux endroits comme cette magnifique salle aux exentriques.

P1030455Le retour s'effectue tranquillement,ce qui a été fait en rampant,se cognant,et raclant doit être effectué dans le sens inverse,on arrête pas le plaisir !

P1030444Et devinez quoi ? dehors il pleut et il y a du brouillard !

P1030465Et pourtant,tout le monde a le sourire.Et si c'était ça un moment de bonheur !

 

Hélène,Serge,Xalbat,Joel,Samuel,Philippe.

 

 

 

Posté par aven à 19:43 - Commentaires [1] - Permalien [#]

08 mai 2018

G 701 alias le Gouffre des Périgourdins alias la douche à tous les étages

Je pensais pourtant qu'aujourd'hui les conditions seraient bonnes pour retourner travailler au 701,et bien non !

On profite de la venue d'Olivier actuellement en camp sur les Arbailles pour revenir au 701.Mathieu Jambert nous accompagne et Serge fait parti de l'aventure.Ah,oui,parce que ça commence à devenir une aventure ce trou,je dirais même une aventure aquatique !

La dernière fois que nous sommes venus,il y a un mois à peu près,le ruisseau d'Orion coulait à bloc et l'intérieur de la cavité était impraticable.Depuis,il a fait moyennement beau et je me dis que nous devrions pouvoir avancer sans problème dans la cavité.

Pourtant,en descendant la pente menant au gouffre,un doute s'installe,il nous semble entendre le ruisseau couler plus bas,on verra bien.Le ruisseau d'Orion coule effectivement,mais rien de comparable avec la dernière fois.

P1030415Après la pause pique-nique,je m'engage dans le boyau d'entrée.Ca a du cracher un max ici il n'y a pas longtemps car même l'entrée est bloquée par un tronc d'arbre.Le tube est toujours aussi désagréable mais encore plus aujourd'hui car la moindre cuvette est remplie d'eau.Partout des traces de mise en charge sévère.J'arrive à la tête de puits et là aussi des branchages en travers.Même les amarrages sont recouverts de terre et de limon.

Le puits est copieusement arrosé et la douche est obligatoire.P1030416Un ruisseau coule vers le bas et je n'insiste pas pour aller voir le passage bas,je sais qu'il sera inondé.Olivier part quand même jeter un coup d'oeil et revient quelque temps après trempé comme une soupe pour annoncer que le passage est inondé et que des blocs sont arrivés jusque là.Et allez ! du boulot en plus pour la prochaine fois !

Mathieu est venu nous rejoindre mais force est de constater que nous n'irons pas plus loin aujourd'hui,repli !!

Et chose étonnante,les seaux d'eau que nous avons pris sur la tête pour descendre ont l'air bien plus remplis pour remonter !

Comme il n'est pas trop tard,nous décidons d'aller finir l'escalade commencée à Oyanbelcha.

P1030419Serge au perfo,Mathieu à l'assurage,le reste de l'escalade est sortie une heure trente plus tard.Malheureusement,la suite entrevue dans les plafonds est bouchée.P1030422Tant pis,il fallait lever le doute.

Une petite bière à la sortie dans un brouillard à couper au couteau,n'importe qui aurait dit STOP ! et bien nous,Non ! on en redemande !

Quatre potes perdus au milieu de nulle part,il n'y a que ça de vrai !

 

Serge,Mathieu,Olivier,Philippe

Posté par aven à 19:41 - Commentaires [1] - Permalien [#]

02 mai 2018

Oyenbelcha,Agérian zilo,AM4

Dommage encore une fois d'être si peu nombreux pour une sortie spéléo au sein de Leize mendi.Pourtant les objectifs étaient là,la météo était assez clémente pour une fois quoique nous avons eu une petite surprise là haut,la journée du 1er Mai était fériée donc tout était réuni pour passer un bon moment.Tant pis pour les absents.

Les objectifs donc : je pensais proposer dans un premier temps d'aller continuer le travail au 701 mais les conditions ne s'y prêtent guère aussi nous décidons de nous rabattre sur les trois objectifs suivants.

Descendre dans l'AM 4 qui pourrait eventuellement avoir des prolongements.

Revisiter l'OY 1 alias l'Agérian zilo qui n'a pas été revu depuis 1982.

Et enfin aller attaquer l'escalade que j'avais repéré dans Oyenbelcha.

Du pain sur la planche donc pour les trois derniers dinosaures de Leize mendi.

Nous nous garons près du cayolar de Barberena,les trois cavités étant dans un rayon de 300m,et nous attaquons en premier à l'AM4.Surprise,une fine couche de neige est présente aux alentours et la température n'est pas vraiment celle d'un mois de Mai !

P1030337Joel commence l'équipement du trou,équipement très succint qui nous oblige à planter du spit en veux tu en voilà.P1030349Serge prend le relais et nous sommes tous bientôt au fond du gouffre.

P1030345Le spectacle est désolant.Le sol est jonché de poubelles plus toxiques les unes que les autres et ce n'est pas ici que les bergers ( enfin plutôt les citadocradobergers ) ont respectés la loi Martel.Quel désastre et quelle connerie !

Nous trouvons la suite entre trois sacs plastique,deux bidons et trois bouteilles de produit dangereux mais elle est située juste sous une pisserolle très active aujourd'hui et l'envie d'aller se tremper dans ce cloaque n'est pas très présente aussi nous décidons rapidement de nous diriger ver le deuxième objectif.

L'entrée de l'OY 1 est majestueuse et là aussi il faut faire l'équipement car rien n'est visible.P1030353A priori,cette cavité n'a pas été revue depuis 1982 et je souhaite vérifier si le névé présent au fond n'aurait pas quelque peu fondu.

P1030362Serge nous équipe ça parfaitement et nous atterissons sur le fameux névé.Je regarde un peu partout,mais pas de suite apparente.P1030367Le névé quant à lui

P1030366

a bien rétréci je pense car avec la 30m,nous arrivons juste en bas.

Et maintenant,direction le dernier objectif le la journée,Oyenbelcha.

J'avais repéré à un endroit ou tout le monde passe en courant,une escalade à faire pour aller rejoindre en plafond un méandre que l'on distingue nettement.Serge notre maitre ès escalade ( on ne l'a pas ménagé aujourd'hui ) attaque dare dare la paroi.P1030372Le départ est relativement facile mais un surplomb plus haut lui demande pas mal d'efforts.Du coup notre stock de goujons y passe et nous sommes obligés d'interrompre l'ascension.P1030375Il doit reste cinq ou six mètres afin d'arriver en haut.Serge installe une corde statique qui nous permettra d'être rapidement à pied d'oeuvre la prochaine fois.

Comme il n'est pas trop tard,nous allons montre le fond de la cavité à Joel qui ne la connait pas.

Une bonne journée qui nous a permis de voir deux nouvelles cavités et de commencer une belle première je l'espère.

Serge,Joel,Philippe.

Posté par aven à 17:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 avril 2018

31 mars 2018 - Bexanka

Participants : Iban - Eric - Gemma – Joël

 

Sortie prévue ce jour, le Yeti... Oui mais le printemps étant capricieux cette année, la neige saupoudre ce matin les sommets au-dessus de Garazi avec une limite pluie neige à 800 m. Devant le café du matin au local, nous discutons donc d'un plan B, dont l'entrée serait moins en altitude. C'est Bexanka qui l'emporte. Depuis le temps qu'il me démange celui-là ; je suis ravi !

 

Nous partons donc sous un temps bien maussade comme il faut vers Camou.

Eric à l'équipement, et en avant pour la descente. Le puits d'entrée est déjà très beau.

Nous enchainons la salle de la cascade stalagmitique, la salle de la grande arche. Puis c'est la descente des puits de Joly et la remontée de la pente glaiseuse.

 

Comme nous sommes partis un peu tard, il commence à faire faim. Nous grignotons donc ; c'est vrai qu'il fait bon ici.

 

Nous reprenons notre chemin... Suivez le guide : c'est Iban !

Et là, c'est le festival : Temple chinois et la salle des excentriques ; Cathédrale et Salle du Gour Géant ! On en prend plein les mirettes. Iban prend des photos et on s'imagine revenir ici avec du gros matériel.

 

Après ça, nous prenons le chemin du retour ; la remontée aux échelles c'est quand même top confort. Mais il faut bien remonter le Schlumberger au final. Et là, petit hic, Iban part en premier suivi de Gemma qui a un gros souci avec son croll et se retrouve coincée. Eric et Iban se mettent à la manoeuvre pour l'aider à remonter et je suis le dernier à sortir. Il est 18 h 30.

 

Il fait presque beau ; en tout cas, il ne pleut pas (ou pas encore) ...

Retour à Garazi après cette très belle sortie !

 

Joël

bexanka 1

bexanka 2

bexanka 3

bexanka 4

bexanka 5

 

bexanka 6

bexanka 7

bexanka 8

Posté par le souletin à 21:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]


26 mars 2018

Lonnet Peyret 17 mars 2018

Participants : Alexis A, Gilen et Youssra (renfort et logistic extérieur) Iriart et Iban D

 

Devant finaliser ma liste de course pour le DE Speléo je devais encore faire un gouffre dont la profondeur atteint plus de 600 m.

J'ai donc choisi le gouffre du Lonnet Peyret (-720m) sur le massif de la Pierre St Martin qui est réputé pour avoir la plus belle rivière souterraine du massif. On verra donc si c'est une info ou une intox ?

Bon, le gouffre est trouvé mais maintenant il faut que je trouve une équipe d'élite pour m'accompagner dans les profondeurs, mais que dis-je, les entrailles de la terre.

Ni une, ni deux, je réfléchi (et oui ça m'arrive), et là deux noms me viennent à l'esprit, Alexis et Gilen !!!

Ni trois, ni quatre, je leur propose et ils acceptent avec grand plaisir ! Mais quelle bande de fous ! Au lieu de rester au coin du feu tranquillement. Bref, j'apprécie leur geste !

Gilen y est déjà allé mais n' avait pas pu atteindre le fond, il a donc une revanche à prendre !

Alexis quant à lui a déjà atteint le fond à deux reprises mais il est toujours sorti « explosé », il a donc lui aussi une revanche à prendre.

Quant à moi, pauvre agneau innocent, je ne sais pas du tout à quoi m'attendre ! On verra bien !

réduite1

Réduite2

réduite3

Réduite4

Réduite5

 

C est donc vendredi 16 mars au soir que nous nous retrouvons chez Gilen et Yousra avec Alexis pour y passer la nuit avant notre aventure le lendemain.

 

Le lendemain matin réveil 6h, petit déjeuner et nous sommes partis en direction du col de la Pierre St Martin. Vers 8h30 nous attaquons la courte marche d'approche en direction du gouffre . Il fait plutôt beau pour l'instant mais météo france annonce de légères précipitations de neige dans la journée. On verra à la sortie !

 

Ça y est nous y sommes ! Il est 9h, nous avons 8 kits pour 3, nous entrons enfin dans le trou. Les puits s'enchainent, Alexis me remplace à l'équipement sur les deux derniers puits (après avoir perdu son couteau dès le premier puits ! L'avantage c'est qu'il ne risque pas de nous découper en rondelles si une faim de loup lui montait subitement) puis arrivons enfin à la base des puits à - 400.

Nous retrouvons la rivière à cet endroit, passons le chaos des titans, Alexis perd son mousqueton de frein, je pense vraiment qu'il cherche à s'alléger pour la montée, puis c'est l'embarcadère.

 

C'est ici qu'on enfile les combinaisons néoprène que l'on ne quittera plus jusqu'au fond.

 

La rivière est vraiment extraordinaire, on en prend plein la vue ! Des cascades, des rapides, des tunnels aquatiques ….. bref une merveille !!!!!!

Et d'un coup au loin, une arche et un grand vide noir derrière....on est à la salle Styx !!!!

Une salle immense que nous allons visiter jusqu'en bas (-720), mais là un problème survient !

Mais où est donc ce foutu tunnel EDF ?

Merde les gars on s'est trompés de gouffre !!!!

Ben demi-tour, y a plus qu'à remonter !

 

Le retour se passe plutôt bien, des petits coups de mou par-ci et par-là mais rien de méchant.

Finalement nous sommes motivés du coup nous pré-déséquipons le gouffre jusqu'à -200 environ.

Suprise à la sortie, il a neigé environ 10-15 cm, il fait -6°C et j'ai laissé le frein à main ce qui fait qu' une de mes deux roues est bloquée, on est gelés, fatigués, il y a de la neige sur la route, il est 1 h00 du matin, bref vivement Mauléon !

 

2 h du matin nous sommes de retour chez Gilen et là Youssra nous attend avec pleins de bons petits plats qu'elle nous a préparé.

D'ailleurs un grand merci à Youssra pour nous avoir gâtés et acceuillis tout le week-end ! Super bonne cuisinière, je recommande fortement l'adresse que je ne communiquerai pas bien sûr.

Finalement nous avons mis 15h30 pour faire l'aller retour jusq'au fond.

 

Iban

 

 

 

 

 

Posté par tipianotte à 20:16 - Commentaires [8] - Permalien [#]

04 mars 2018

G701 - Garateme - Husky aveugle

On se mouille les coudes 

2

3

4

Oncques ne vit-on plus vaillante et fière compagnie que celle qui se mit en route en ce glorieux 4 mars 1458 du calendrier de la Comté (ou 2018 si vous êtes attaché au calendrier grégorien), à la conquête des profondeurs pour lors inexplorées du G701, dit « l’Infâme » dans les milieux autorisés -  et même un peu sur les côtés à peine tolérés. Les aventures des sieurs Serge, Iban, Philippe, Samuel et votre serviteur que je m’apprête à vous narrer sont si fertiles en évènements mémorables, en « premières » étonnantes et en rebondissements croustillants, que je ne peux faire l’économie d’une division en trois chapitres.

Chaptère ouane : G701

C’est donc le coeur plein d’espérance pour de putatives découvertes (j’ai pas dit pute) que nous nous engageons sur les pentes qui dominent le ruisseau d’Orion. Le temps est au beau, le panorama somptueux, et le torrent... coule à flots ! Voilà déjà une des « premières » que j’ai promises : de mémoire de leize mendar, ce ruisseau a toujours passé l’essentiel de ses années dans un état de sécheresse comparable au coeur de l’agent immobilier moyen. Iban se lance : ça passe, il n’y a qu’un filet d’eau qui s’infiltre... Mais il se trouve qu’un peu plus bas, dans le premier puits, le filet sus-évoqué se transforme en une vivifiante (ça veut dire froide) cascade qui douche avec abondance les spéléologues ainsi que leurs espoirs de poursuivre l’exploration. Fin (abrupte (comme la pente lors de la remontée), j’en conviens) du premier chapitre !

Chaptère tou : Husky aveugle

Tellement aveugle... que nous ne l’avons

pas trouvé ! Mais cela nous aura baladés, et donné l’occasion de goûter les feuilles de l’érythrone, substitut local du Bounty (la barre, pas le bateau) : encore une première, comme vous serez forcés de l’admettre je tiens toujours parole.

5

6

7

Chaptère froui : Husky pas aveugle

Redescendons en altitude, et acheminons-nous vers l’étape ultime de notre quête : le Husky. 

P1030234

Un coquet petit puits s’ouvrant au pied d’un arbre (avez-vous remarqué comme souvent les arbres poussent fort commodément au bord des puits à la seule fin que les spéléologues puissent s’y ancrer ?), à la section si large qu’il est (même que !) parfois possible de tourner la tête sur le côté sans enlever son casque, on voit par là combien l’endroit est accueillant et nous

reproche à chaque centimètre notre stock adipocytaire. Iban – l’optimisme de ce gars est décidément à toute épreuve – descend au plus bas, déclenche deux tirs, et poursuit l’exploration sur - au moins - plusieurs décimètres (je vous avais dit qu’il y aurait de la première !). Hélas, il semblerait que ce soit là l’ultime terminus qu’il soit possible d’atteindre dans cette cavité. Néanmoins, nous attendrons avec impatience la publication de la topo, même si elle ne devrait pas coûter cher en encre.

Et puis logue

Que retenir en résumé de cette journée ? Certes, le bilan des explorations est maigre, mais n’oublions surtout pas la levée de doute sur la continuité du Husky, l’absence d’étanchéité du 701, sans oublier le plaisir toujours renouvelé de passer une journée dans un pays superbe avec des compagnons passionnants !

Stéphane

Posté par sergeplanes à 19:12 - Commentaires [1] - Permalien [#]

17 février 2018

Initiation spéléo au Chevreuil - St Michel

Victoire, on en a sorti 3 du lit, en ce samedi matin, pour s'initier ou se perfectionner en spéléo avec nous, dans une cavité simple : Le Chevreuil.

P1030030Stationnement au

virage du trou du virage, et hop, c'est parti pour 20 mn de grimpette.

Pissou avant de rentrer Allez, hop, c'est parti dans la joie

Petit pissou avant de pénétrer l'antre...

Iban équipe, Philippe suit, Yann, Serge, Xalbat et Swan ferme la marche.

Magnifique P 2 Passage magnifique

Rein que du beau, du facile, du plaisant, du technique mais pas trop... Au final, nous avons été plus rapides que prévu, et nous arrivons en bout de la dernière corde bien avant notre épuisement.

Juste après la pause déjeuner, ça va toujours mieux P1030034Jatun heureux de nous voir

Jatun nous gardait les affaires dehors, brave bête.

Philippe dans son élément Le même, déçu de la fin de la journéeYann, sa première, en hivernale, face Nord

Casse-croûte au sommet du puits du méandre "Lopez", puis remontée tranquille, avec Swan qui déséquipe.P1030035

On est dehors à 15 h 00 (vous avez bien lu, quinze heures) du jamais vu à Leize Mendi. Les bières avaient tout juste eu le temps de rafraîchir dans le coffre, par 5 ° au dehors. On se change sous la pluie, on lave le matériel, et on est de retour à la maison pour les derniers slaloms des jeux olympiques...

Serge

Posté par sergeplanes à 19:12 - Commentaires [2] - Permalien [#]

11 février 2018

Nuit magique dans le paradis blanc de Leize Handi

Samedi 10 et dimanche 11 février 2018

Samedi : Youssra, Gilen, Stéphane, Serge
Dimanche : Stéphane, Serge

Suite du compte rendu du samedi.

Pour rappel, nous partîmes gais et joyeux pour une aventure poudreuse fraîche et détendue.

Départ dans la joie Allez, hop, une couche de moins
On a vite assez chaud pour enlever une première couche.

Gilen fait le pitre avec son test raté En avant toute pour le binôme de 3

Gilen nous fait (un peu) rire avec ses expériences qui foirent toujours...

Pause déjeuner à deux pas du Behia Premier doute - à gauche ou à droite ?

Pause déjeuner, c'est là qu'on se sépare.

Après la pause déjeuner donc, nous grimpons à deux, le pas lourd, l'estomac plein, mais le coeur léger.

Très vite, le premier doute avec ce panneau d'indication routière... et pas une bagnole pour nous aider !

Deuxième doute - Heu, c'est par où ? Cette fois-ci, plus de doute !

Du coup, on grimpe, on grimpe, on grimpe, en espérant tomber sur le bonne cabane !

Je confirme, c'est là Elle est pas belle la vie ?

Oui, sauvés, c'est bien la bonne, du moins, la clé ouvre la porte...

Putain, que c'est beau Un bout de soleil au paradis

Petite pause magique avant la construction de l'igloo, sous un soleil de plomb.

Igloo - les fondations l'igloo climatisé 

Un dernier petit coup d'oeil et on se réchauffe les arpions.

Plein de neige Mais une fumée d'enfer

Juste avant le repas du soir, frugal, sobre et quasi monacal...

Modeste dîner frugal et monacal Elle est pas mal celle là, non ?

Bon, après une bonn... courte nuit de pseudo sommeil, voilà-t-y pas que mon eskimau de service tambourine à la porte à la minuit, me priant de lui ouvrir, car la nuit dans son igloo n'est pas à la hauteur de ses espérances...

Ours, loups, bise et tornade ont tôt fait de lui rafraîchir ses pieds qui dépassaient de 30 cm de sa tombe de neige.

Bon prince, je lui autorise sa fin de nuit dans mon palais.

8 h 30 sous le crachin Cabane de Paoberry

Dès potron-minet, le café avalé (pour l'un) et le rizotto à la crème ingurgité (pour l'autre), nous dévalons la piste de la veille sous un crachin Urkuléen...

Biches en vadrouille - mais elles se sont échappées. Voilà, c'est fait

Arrivés à la bagnole sains et saufs, le plus grand risque que nous ayons pris étant la traversée de la forêt d'Orion au milieu des chasseurs de sangliers...

Ni trop froid, ni trop dur, ce weekend, on a frisé la perfection...

Dommage pour ceux qui sont pas venus.

Serge

 

 

 

Posté par sergeplanes à 16:35 - Commentaires [3] - Permalien [#]

Aglagla dans l'igloo

Sortie raquette du 10/02/2018

Participants : Serge, Stéphane, Youssra, Gilen 

Samedi matin, la météo nous a fait une petite surprise... Le beau temps annoncé pour 10 h est repoussé après 13h... Du coup, pas beaucoup de volontaires pour la sortie aglagla dans l'igloo...

Stéphane et Serge sont les seuls motivés pour la nuit en montagne. Youssra et moi, on n'est pas fou et on préfère dormir au chaud ce soir !!

Le départ se fait sous la neige, depuis le pont au dessus de la rivière d'Orion...

Serge a peur de se mouiller...

 

La piste est immaculée aujourd'hui, pas de chasseurs à l'horizon qui nous polluent la neige... Le départ sous fait sous les chutes de neige et Serge le prudent a tout prévu, notamment le parapluie !

Pas de chasseurs aujourd'hui... La piste est immaculée

Serge se voulait rassurant... "On va monter tranquillement, je ne veux pas suer"...

Ce n'était pas de l'avis de tout le monde !! On chauffe rapidement et on enlève vite les couches... Décidément, Serge est toujours en canne !!

27934975_1802288263136651_316721973_n

 

En 2h30, on arrive en vue du Behia... Pour une montée tranquille, ce fut plutôt rapide... 6 km et quasiment 550 m de dénivelé... Il est déjà l'heure de manger.

Stéphane et Serge se sont trop chargés et nous nous dévouons pour aléger leur sac des bières, de la galette et autres victuailles qui nuiraient à leurs performances.

Après le repas, le sourire est revenu

Après le repas, Youssra et moi prenons le chemin du retour et nous abandonnons Serge et Stéphane à leur sort dans ce désert blanc...

27849446_1802287173136760_1003887413_n

Une petite visite à l'netrée du Behia, petit pélerinage obligatoire, et c'est reparti pour la descente. 

27935007_1802287576470053_156750676_n

 

Le soleil pointe son nez, on n'est même obligé de sortir les lunettes de soleil !!

27935580_1802287606470050_310122529_n

 

Un peu plus bas, nous croisons le troupeau, la harde, la meute de cerfs, biches, daims, faons, chevreuils, orignaux, caribous, antiloppes, gazelles... En fait, ils étaient tellement loin, qu'on n'a pas pu voir ce que c'était comme cervidé exactement...

Saurez-vous retrouver toute la famille cerfs ?

 De retour à la voiture, la neige a déjà commencé à fondre... On ne va pas galérer à redescendre en voiture au moins...

Gilen

 

 

 

 

 

 

Posté par le souletin à 16:28 - Commentaires [1] - Permalien [#]