Voyageurs des strates

03 décembre 2016

Basanberro, une cavité kilométrogène

Basanberro 2016

 

27/11/16

Participants : Hélène - Agnès - Éric - Alexis - Laurent - Louis

 

Rendez-vous au club à 8h30 pour récupérer un peu de matos et nous partons à 9h pour la Navarre. Nous passons par Ronceveaux pour atteindre Garralda. Nous posons les voitures au bout d’un petit chemin et on se prépare tranquillement. Après une marche d’approche de 5-10 minutes, nous arrivons à l’entrée de la cavité. Alexis installe l’échelle pour passer un petit ressaut. Éric et moi équipons les deux P10 (10 min de tamponnoir, moi j’ai plus froid !), c’est très intéressant car c’est la première fois que j’équipe. Petit sueur froide lorsque je descends en premier, mais mes nœuds ont l’air de tenir, ouf ! Le reste du groupe resté en haut nous rejoint et nous descendons dans le réseau actif. Nous allons ensuite dans « la galerie des Français » pour rejoindre la salle Leize Mendi. Elle est immense et on y retrouve beaucoup de concrétions différentes, les pauses photos s’enchaînent ! Nous mangeons donc dans cette salle, et nous décidons de poursuivre dans le réseau actif vers le « Rio Basanberro ». Alors qu’Hélène, Agnès et Alexis décident d’entamer le retour, nous continuons à descendre. A 16h30 la progression devient plus difficile, et nous décidons de faire demi-tour. En retournant sur nos pas nous récupérons nos kits-bag alourdis par 2-3 pierres !!

dans la galerie des français

la pause d'Hélène

la pause de Louis

dans la salle du Leize Mendi

Hélène, heureuse devant tant de beauté

le rio basanberro sur les grés

Agnès dans le canyon du rio Basanberro

le rio basanberro

Après avoir rejoint le groupe en bas des P10, nous sortons vers 18h dans la nuit noire, on ne sait d’ailleurs pas vraiment si l’on est dehors ou pas ! Retour au club 1h plus tard un peu fatigué, une petite bière et nous décidons de nous retrouver le lendemain pour nettoyer le matériel. En tout cas tout le monde semble très content de cette sortie, et il y a encore de quoi passer plusieurs heures dans cette cavité !

Louis

Posté par urkalex à 15:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]


20 novembre 2016

Salles de La Verna - dimanche 20 novembre 2016

Agnès - Émilie - Hélène - Maider - Virginie - Youssra - Frédéric - Gabriel - Gilen - Michel - Serge

Depuis Garazi, avec une halte à Ordiarp, nous arrivons à Sainte-Engrâce vers 10:30.

Nous laissons les voitures au parking des spéléos puis montons à pied à la cabane Prébendé.

Séance habillage Séance portage 

Gilen nous donne un petit cours avant d'entamer la marche: repérage, géographie, et surtout histoire de La Verna, l'anecdote des spéléos qui se croyaient dehors dans le noir à 18 h en plein mois d'août. De là, nous ouvrons la porte en fer - tellement attirante pour ma part - puis accédons aux entrailles de la terre.

Séance bavardage Séance papotage filles

D'abord le tunnel, un petit quart d'heure à pied, avec deux mini haltes, l'une pour voir une entrée ultra-ultra étroite d'Arphidia (trou du robinet) qui fait faire demi-tour à plus d'un, sauf à nous, puis une autre entrée de la même cavité où le courant d'air nous fait la bienvenue.

Entrée d'Arphidia Bronzage plage de galets

Nous arrivons à la terrasse de La Verna. De là, nous apercevons grâce à nos lampes une petite statue, comme ces petites vierges qu'on peut voir accrochées aux grottes. Mais non! Ce n'est pas une statue de 20 centimètres, c'est un mannequin, et à taille humaine en plus, il fait 1m80 (plus que Virginie et moi).

Séance photo avec nos mannequins En équilibre sur un fil

Nous comprenons : nous nous trouvons dans une grotte éléphantesque.

Mais quelle chance. Qu'il est beau le ventre des Pyrénées. Biba Xiberoa ! (Oui, là c'est le cas...)

On revient sur nos pas après avoir fait connaissance des deux mannequins habitant la plage aux galets. Nous repartons vers la salle Chevalier. Quelques passages longés à la corde, des énormes rochers, on grimpe, on monte, on tombe, on se relève (la vie quoi !!). On s'arrête alors pour manger. Top chrono 10 minutes, il fait froid. Mais il y a du café chaud... Et un dessert est prévu pour le retour ? Mais, une pomme disparaît.

Hum, je crois que c'est par là ! Arrêt popotte

On se remotive pour continuer, on retrouve la température physique du début. On passe la salle Chevalier. On continue, on n'a pas envie d'aller à la maison. Un peu plus tard, on accède à un nouveau refuge : la salle Adélie. Magnifique antre ! Toute en arrondie, avec des frontières bien plus palpables que La Verna. On a envie d'y rester.

Bienvenue en terre Adélie Dans la salle Adélie

Pose finale en salle Chevallier TPST : 6 heures

Frédo qui fait mumuse !

Puis une pomme tombe du ciel, du chocolat surgit, Mayayou apparaît et nous sert de la bière, un magnifique banquet en perspective, et ce n'est pas fini, demain ils tuent le cochon chez Elichalt (trois en tout...).

Maider

Posté par sergeplanes à 23:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 octobre 2016

Harzubia

30.10.2016

Participants : Fred A, Jean-Philippe, Yoye, Iban, Virginie

 Pour changer de la vallée d’Ossau où nous sommes beaucoup allés ces derniers temps, Iban lance comme idée d’aller faire le canyon d’Harzubia à Sainte-Engrâce. C’est donc en direction de la Soule que nous allons pour cette sortie, par un temps splendide et une température estivale. Nous nous imaginons déjà nous rafraichir dans les vasques turquoise à cause de la chaleur.

DSCF6125

Au départ, comme nous nous en doutions le canyon est sec !! Vu qu’il y a des résurgences au milieu nous espérons que par endroits un peu d’eau coulera. Nous évoluons sur un bon rythme, facilité par l’absence d’eau. Nous désescaladons de nombreux ressauts ce qui nous évite de poser la corde un bon nombre de fois. Par contre, la contrepartie au manque d’eau c’est que nous avons super chaud! Tout se passe bien jusqu’à ce que nous arrivions à une première vasque. Alors pour la limpidité, la couleur turquoise et l’envie de s’y tremper, on repassera !! En fait, la vasque est remplie de feuilles (mais bon ça ce n’est pas bien grave c’est le jeu de l’automne), l’eau est noire et émet une odeur que l’on peut qualifier de nauséabonde. Nous essayons de la passer du mieux que l’on peut mais malheureusement il faut quand même s’y jeter avec de l’eau jusqu’au cou. Seul Iban, en tentant une escalade paraissant foireuse, arrive quand même à sortir son épingle du jeu et à passer au sec ! Quelle chèvre celui-là ! Mais en fait, ce n’est pas le pire. En fait cette première vasque c’est juste l’entrée, car le plat de résistance est encore mieux ! Un mini toboggan qui nous amène dans une grande vasque marron noire avec une odeur cette fois pestilentielle. Bref, en la voyant on se dit qu’en passant dedans on va forcément se choper un sale truc derrière. Yoye passe en premier afin de filmer notre déconfiture. JP qui passe en second, en arrivant dans l’eau, nous soulève quelques petits vers blancs filiformes, vous savez du genre petit parasite intestinal ! Youhou, ça donne vraiment envie de se jeter dans l’eau. Mais où est l’eau turquoise ???

réduite2DSCF6135

Après ce désagréable passage, la descente continue, toujours sans eau, souvent en désescalade et avec encore quelques petits passages dans de l’eau croupie. Nous arrivons au dernier rappel surmonté d’une arche, qui, il faut le dire, est vraiment esthétique,. Encore quelques mètres et nous arrivons à la confluence avec Inkaskubu où nous allons nous immerger afin de laver (c’est un bien grand mot) nos combis. Après ce psychologique bain purifiant nous arrivons aux voitures ravis de pouvoir quitter nos combis miasmiques (néologisme) dans lesquelles nous trempons depuis 2h.

réduite3Bon en conclusion, c’est un joli petit canyon mais qu’il faut vraiment faire quand il y a de l’eau (c’est dingue que je dise ça !!) car sinon, les passages dans l’eau croupie ne sont vraiment pas alléchants.

Virginie

Posté par tipianotte à 17:29 - Commentaires [2] - Permalien [#]

18 octobre 2016

Dimanche 16 octobre 2016 - Les Eaux-chaudes - Sortie Interclub à Laruns

Leize Mendi : Agnès, Hélène, Maider, Virginie, Iban, Philippe L, Luc, Serge

Autres clubs et CDS : Didier, Mathieu, Michel, Pierre Henri.

Quelques impressions du groupe des débutantes, mené d'une main de maîtres par Michel et Serge.

Pour rebondir sur l'article de Virginie, non de notre côté, nous ne considérons pas qu'il s'agissait d'une « petite randonnée souterraine sympathique » !…..Ce fut certes pour nous un vrai plaisir lorsque nous avons découvert ces cheminées tombantes, d'où jaillissait l'eau, ces dentelles de pierre, ces cavités aux formes étonnantes, ces petites vasques bien rondes remplies d'eau d'une limpidité magnifique. Cependant nous avons eu quelques longs moments d'appréhension, de fatigue et de désespoir parfois ...dans les parois où nous sommes restées bien longtemps à chercher comment cette fichue pédale pouvait fonctionner.

Je n'ai pas de repères de temps, de détails à vous communiquer, sur la balade en elle-même. On avait un peu la tête dans le guidon.................

PH et ses inévitables blagues tristes Fistuleuse géante

Le personnage donne l'échelle de la fistuleuse géante Les quatre cinquièmes du groupe sous la porte Mauresque

Alors « sympathique » très certainement ; mais on se l'est dit une fois en haut. Même avec les pieds dans l'eau froide du tunnel, le plus dur était fait et nous étions soulagées !

Je suis rentrée pleine de courbatures et de bleus, heureuse d'être passée par ces moments-là.

Donc vraiment une belle journée !

Les filles ébahies devant une vulgaire draperie. Michel examine de près une inscription P H F(?) L

Il y aura une prochaine fois, avec encore des difficultés sans aucun doute, quelques blocages aussi mais le plaisir est là,

Merci à Michel et Serge qui nous ont aidé psychologiquement, et physiquement à certains endroits !

Hélène

Posté par sergeplanes à 20:51 - Commentaires [2] - Permalien [#]

17 octobre 2016

Sortie inter-club à la grotte des Eaux-Chaudes

16/10/2016

Participants : Serge, Agnès, Iban, Hélène, Maider, Philippe, Luc, Virginie

 

Sortie inter club aux Eaux-Chaudes en vallée d’Ossau, proposée par le CDS 64 ce dimanche. Leize Mendi en force (eh oui !!), forte de 8 membres s’il vous plait !! Rendez-vous donné tôt pour un dimanche, à 7h30 à Garazi, pour un rendez-vous à 9h à Arudy. Nous retrouvons à 9h15, après s’être tapé 3 caves et 2 tracteurs sur la route, Mathieu, PH, Didier et Michel Lauga à Arudy pour se diriger vers les eaux soit disant « chaudes ».

Vu que nous avons 3 nouvelles adhérentes au club, décision est prise de partager le groupe Leize Mendi en deux. Un groupe ira dans le réseau fossile pour une petite randonnée souterraine sympathique (ça sera la partie du compte rendu de Sergio) et l’autre groupe partira dans la partie plus exigeante qui suit la rivière souterraine. Nous faisons tous la marche d’approche ensemble et nous nous séparons à l’entrée de la partie fossile. Serge ira donc avec Agnès, Hélène, Maider et Michel et l’autre équipe est constituée de Luc, Philippe, PH, Didier, Iban et moi-même. Mathieu ayant oublié ses affaires s´est juste assuré que nous pouvions passer par le tunnel. Nous continuons le chemin qui monte raide dans la pente (c’est bien un chemin de béarnais ça !!!) où le prochain pas est à hauteur des yeux !! Et nous arrivons enfin après une sacrée suée à l’entrée du tunnel de la Shem au-dessus de la centrale de Miégebat. Nous nous préparons psychologiquement à affronter une eau à, parait-il, 5-6 °C. Nous nous équipons tous en néoprène et une fois préparés entrons dans ce fameux tunnel qui, il faut le préciser, est assez austère.

L’objectif est d’aller jusqu’au siphon et de changer quelques cordes de main courante qui sont en mauvais état. Nous commençons notre progression par ce tunnel qui doit faire environ 500m avec de l’eau jusqu’aux genoux. Parfait comme cours d’aquagym !! Les isquiaux commencent déjà à se faire sentir !! Nous enchaînons par un P15 puis après le parcours suit constamment le lit de la rivière. Nous évoluons donc dans le cours d’eau, le quittons par moment pour y replonger ensuite. Un petit bief d’environ 15m nous fait sentir que l’eau est vraiment froide et nous sommes vraiment contents qu’il ne soit pas plus long !!!

La progression jusqu’au siphon nous prendra 2h30. On mange en vitesse car le froid nous prend vite puis on repart en sens inverse afin de ressortir.

Au retour, Iban change une longue main courante et c’est reparti pour un tour d’opposition, désescalades, marche en rivière, descente de puits, passage du bief, etc, etc…

On sort de la cavité à 17h30 après y avoir passé exactement 5h30. Cette cavité est quand même exigeante, avec des passages bien exposés. On ressort tous de là bien rincés. Par contre, nous qui avions peur d’avoir froid dans cette eau glaciale, nous n’avons jamais eu le temps de nous refroidir tellement la cavité est sportive.

Marche de retour tout en descente (trop facile) et là arrivés aux voitures nous pensions que Sergio nous aurait attendu gentiment mais personne pour nous accueillir !!! Quel goujat !! Il nous revaudra ça le bougre!!

Retour sur Garazi à 20h30. Bref, ce fût une bonne journée où nous avons quand même fait le tour du cadran. Mais ça valait le coup !!

Ah oui pas de photos, pas eu le temps!!!

Virginie

Posté par tipianotte à 20:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]


02 octobre 2016

Canyon de Batch, vallée d’Ossau 02/10/16

Participants : Fred, Iban, Virginie

Départ ce dimanche pour Gourette afin d’aller faire le canyon de Batch. C’est une première pour nous trois. Une fois celui-là terminé, nous aurons fait tous les canyons de la vallée du Valentin. Super non ? On est trop contents !! Je plaisante bien sûr, nous ne sommes pas des cocheurs fous de canyons !

Au départ de Lacarre, plein de motivation, le programme était de faire batch puis d’enchainer sur le Sciala. Arrivés à Louvie-Juzon, Iban qui n’a pas de pain doit s’y arrêter. On décide de s’y prendre aussi un petit café. Déjà là, on se dit que les deux canyons ça va peut-être être juste, vu qu’il est déjà 10h30. Mais en fait, cette pause-café n’est rien par rapport à ce que nous allons subir plus loin comme encombres. On se remet en route (sans le pain) et 100 m avant l’entrée dans Laruns, une file de voitures et un panneau indiquant que c’est la foire du fromage et que nous devons passer par Assouste. Ok, pas de soucis, on peut faire, malgré un panneau « route bloquée » arrivés à Assouste qui nous fait un peu peur. Que nenni, la route est défoncée mais ça passe à l’aiiise.
Arrivés aux Eaux-Bonnes il y a beaucoup de gens, style trailers, mais bon on ne comprend pas trop ce qu’il se passe. A la sortie du bled, on comprend tout !!! Horreur. Une p…. de course qui semble aller jusqu’à l’Aubisque emprunte la route (c’est tellement bon de courir sur le bitume !!!) de Gourette. Et là, c’est le drame. Voitures à la queue leu leu, coureurs qui zigzaguent au grès des virages entre les voitures (il y en a d’ailleurs deux qui ont faillis venir faire le canyon avec nous assis sur le capot !!), bref, que du bonheur. C’est la fête à Neuneu. Impossible de doubler. Et cette saleté de GPS qui nous égrène les kilomètres de sa voix robotisée faussement féminine « continuer sur la D 918 pendant 6km, (…) 4 km…. » aargh !!!! Bon ben cette fois c’est sûr, nous ne ferons pas le Sciala vu que nous arrivons à Gourette à 12h passé !!

DSCF5817    DSCF5822
On se change et c’est parti pour le petit pattar qui nous attend avant l’entrée du canyon. Marche d’approche donnée pour 45 min. Connaissant la zone, Iban et moi ça nous étonne. Normal, on n’en met que 17 !! On savait que le topo exagérait !! Fred n’est pas content il voulait mettre 45 min !!

DSCF5823    DSCF5835
On commence donc le canyon vers 13h. On dit coucou à la brebis morte dans la première vasque et qui était signalée sur DC. Heureusement elle ne trempe qu’un tout petit peu c’est donc moins pire qu’on ne pensait. Un bel encaissement nous surprend. C’est vraiment joli.

DSCF5848    DSCF5853
Les cascades s’enchainent bien. On en profite pour s’exercer à faire quelques manips. On sort au bout d’1h15 de descente. En fait il est vraiment court mais vaut le coup d’oeil. Mes compères pensent déjà à revenir le faire avec plus d’eau afin de tester différentes techniques.
Mouais. Cette fois-là c’est possible que ça tombe le jour de mon cours d’aqua-poney !! On verra bien.
Arrivés à la voiture, petit grignotage et c’est reparti direction la maison. Sans même avoir pris une bière. Tout se perd !! La prochaine sortie, on sera obligés d’en boire deux !! Zut !


Virginie

Posté par fr3d0 à 21:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Déséquipement du HA10 30 septembre 2016

 Depuis le temps que nous en parlions de déséquiper ce trou, ça y est, c’est enfin fait !!! Vendredi Iban et moi-même, faute d’autres candidat(e)s pour venir nous aider, nous sommes partis par une journée radieuse et chaude nous mettre dans ce trou sombre et frais. La cavité étant restée équipée jusqu’à -150m nous sommes donc allés tout au fond. Iban voulait voir dans le dernier puits, une lucarne qui pouvait s’avérer prometteuse avant de sortir toutes les cordes. Pour cela, une escalade était envisagée. Mais étant déjà chargés comme des mulets et sachant que nous allions, à la remontée, se porter 2 kits chacun remplis de matériel, l’escalade a été laissé tomber au profit d’une tentative de pendule en descendant le puits pour voir cette fameuse lucarne. Après un bon petit pendule et le bout des doigts crispés sur quelques mauvais grattons, Iban a pu constater que la lucarne se pince directement. Donc pas de regrets de n’avoir pas pris le perfo, la quincaille et la corde d’escalade de 60m !!

C’est donc vers la surface que nous nous redirigeons en sortant tout une bonne fois pour toute.

Fini donc pour cette cavité. Comme on dit « ça, c’est fait ! »

Virginie

 

Posté par tipianotte à 19:45 - Commentaires [3] - Permalien [#]

28 septembre 2016

Sorties des 30 ans de Leize Mendi 17-18/09/2016

Samedi 17 septembre 2016

Visite au Trou des Landais - Elutxe ko lezia

Participants : Gilen, Olivier, Joël et AGNES

Leize Mendi fête ses 30 ans ce week-end !

J'arrive vers 12 h 30 au lycée Frantsesenia ce samedi et la réunion du CDS 64 fini de se terminer ou alors termine de se finir... J'ai  parfois du mal à faire la différence. On enchaîne sur un pique-nique bon enfant et se pose la question de "quoi qu'on fait c't'après-midi". Un problème se pose : la  réunion du Secours Spéléo est placée à 16 heures laissant un créneau bien maigre à ceux qui veulent y assister.

Deux groupes se mettent alors en place. Serge et Alain partiront pour Aincille pour pouvoir être de retour assez tôt tandis que le deuxième groupe partira pour le Landais. Une particularité aujourd'hui : la jeune Agnès nous rejoint pour découvrir la spéléo, c'est donc Gilen, Olivier, Agnès et moi qui constitueront le deuxième groupe. Gilen va pouvoir en profiter pour essayer sa toute nouvelle Ultra-Vario sans toutefois avoir pu la recharger.

Pique-nique terminé, on décolle vers 14 heures : arrêt matos au local puis direction Saint-Michel et les flans d'Iramendy. Arrivés sur place, nous nous équipons sous un beau soleil et rejoignons le puits d'entrée. Gilen installe la corde : descente dans la Salle des Pottocks en suivant.

Pour ma part je découvre : beaux volume et jolies concrétions, j'aime ! Nous nous mettons en route. En passant la chatière, le silence fait peu à peu place au bruit de la rivière. Gilen équipe le ressaut qui mène à la Salle des deux Frères Guibout, nous descendons. Avant même d'avoir pu nous rejoindre, Gilen se retrouve plongé dans le noir : c'est arrivé d'un coup, sans prévenir et c'est fini pour aujourd'hui. Frontale de secours donc désormais.

Nous nous approchons de la rivière, l'eau est limpide et les parois de la galerie sont ornés de très belles concrétions. Nous remontons le cours d'eau... Le grondement se fait de plus en plus fort et nous arrivons à la Cascade de l'Ours. Ça crache fort, on profite du spectacle en prenant les embruns : un petit passage derrière la cascade pour chacun d'entre-nous et on repart par la Galerie du Sanglier pour atteindre la Salle des Griffades : l'endroit est magnifique, et les traces de griffures dans la glaise sont impressionnantes...

Nous nous attardons encore un peu puis repartons vers la sortie ; la galerie qui rejoint la Salle des Pottocks est bien glaiseuse, ça colle aux semelles mais il ne reste que peu d'eau. Nous arrivons rapidement au puit d'entrée. Première remontée sur corde pour Agnès et retour à Garazi pour tout le monde, toujours sous le soleil...

Petite bière avant l'apéro... Premières impressions d'Agnès : la sortie lui a manifestement bien plu, elle est même prête à revenir demain matin... C'est bon signe !!!

Une bien belle après-midi donc qui sera suivi d'une bien belle soirée... Et puis, demain, c'est la Petite Bidouze qui nous attend... Franchement, y a pire comme week-end !!!!!

Joël

 

Dimanche 18 septembre 2016

Petite Bidouze et Zarobe en prime pour certains

Participants : Alain, Denis, Émilie, Fred, Joël, José, Gilen, Pierre-Henri, Serge, Virginie , Yves et AGNES

Au lendemain des 30 ans de Leize Mendi, le réveil est plus ou moins difficile selon l’heure du coucher d’une part, selon la quantité de breuvage fermenté par litre de sang d’autre part, mais nous sommes 11 au départ de la sortie tout de même — dont un, au moins, que je ne citerai pas, cumule nuit très courte et consommation conséquente de patxaran la veille au soir mais tiens cependant une forme olympique — et puis, comme hier, Agnès nous rejoint, toujours très motivée.

DSCF5701    DSCF5716

Direction Mendive donc, les flans du Béhorléguy puis le plateau d’Elsare. Nous nous équipons sous le soleil et nous dirigeons vers l’entrée du canyon souterrain de la Petite Bidouze. Pendant la traversée, Virgine, Fred, Gilen et Serge se relaient pour équiper et, malgré le nombre, le groupe progresse tranquillement.

Une belle sueur bien froide quand même, lorsque sur un des premiers relais, Pierre-Henri hésite entre huit et descendeur spéléo pour finalement se décider à prendre son descendeur. Un petit coup de gâchette pour l’ouvrir et là : VLAN !!! La flasque mobile se fait négligemment la malle pour finir, perdue corps et bien, dans le bouillon, quelques mètres plus bas… Vrrrrr !!!!! Ça fait froid dans le dos… Ce sera le huit donc… Quant à savoir à quelle date la pièce métallique atteindra l’Atlantique : les paris sont ouvert, les Paris sont tout verts !

DSCF5720    DSCF5730

La cavité tient ses promesses : c’est très beau, ça mouille, on enchaîne les rappels !!! 300 mètres plus loin, 70 m plus bas on arrive dans la dernière vasque. Serge, qui a équipé le dernier relais, essaie de passer sans trop se mouiller mais, tout le monde ne le voyant pas de cette oreille, s’organise alors une canyon-baston par laquelle Gilen finit par mettre Serge à la baille.

DSCF5740    DSCF5745

Pour terminer la ballade, on éteint les lumières, pour parcourir les 30 derniers mètres sous la large voûte seulement guidés par la lueur du jour. Au terme de cette marche aquatique, nous resurgeons et prenons le chemin du retour.

DSCF5753    DSCF5759

Le groupe se sépare en deux parties égales : les affamés d’un côté (dont je suis), retournent aux voitures, pour se changer avant la pluie et attaquer le pique-nique au plus vite, les autres partent pour le Zarobe et nous rejoindrons une grosse heure plus tard après une belle balade de plus.

Retour au bercail pour les uns, à Garazi par le col d’Aphanize et Béhorléguy pour les autres. Il reste à remiser le matériel au local puis à faire du rangement et du ménage au lycée. Je ne m’attarde pas trop cependant, il faut que je rentre à la plaine. C’était un bien beau week-end !!!

Encore merci aux organisateurs et organisatrices, bon anniversaire et longue vie à Leize Mendi !!!

Joël

Posté par fr3d0 à 17:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

11 septembre 2016

Valentin inférieur et Canceigt 10/09/2016

Paxkalin, Alex, Virginie, Gilen et Fred

Comme l'an dernier, le Valentin inférieur est ouvert pour une courte période, durant la maintenance des retenues d'eau en amont.

DSCF5584    DSCF5592

On en profite pour le programmer. L'impression est très différente de l'an passé, le débit est beaucoup plus faible, mais il reste quand même bien aquatique.

Pas mal de sauts dont un obligatoire, quelques petits rappels et de longues mains courantes, on teste aussi une vasque émultionnée, qui tourne vraiment bien et dont on a un peu de mal à sortir.

DSCF5598    DSCF5600

DSCF5622    DSCF5628

On mange en sortant du canyon et vue l'heure, on décide, pour les plus motivés, d'enchaîner avec le Canceigt tout proche.

DSCF5644    DSCF5645

On nous l'avait vendu comme ne coulant que très peu, le débit est en fait correct, peut-être les pluies des derniers jours...

DSCF5664    DSCF5667

DSCF5673    DSCF5689

Il est aussi très beau et concrétionné, comme son voisin, quoiqu'un peu court. 45mn plus tard, on est à la voiture, une petite bière et on rentre à la maison.

Fred

Posté par fr3d0 à 09:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 août 2016

Sharrumbaut d'Anaye - Lescun

Dimanche 28 août 2016 - Sharrumbaut d’Anaye.

Paxkaline, Fred, Jean Philippe, Marc, Serge

Bon, pour votre culture, Anaye c’est un coin du plateau de Sanchèse et sharrumbut, selon wikifrédo c’est, je cite : Anecdotario, “Sharrunbaut” es un modismo local que significa “torrentera de montaña”.

(Sic) !

C’est désappointés, sous un crachin des plus humides que nous partons en tong et lunettes de soleil vers la vallée d’Aspe suite aux affirmations encourageantes du sieur Météo France.

Faut y croire. Mais on n’a plus le choix, car Jean Philippe nous attend à Lescun.

Un café et 2 heures de route plus tard, nous essayons les routes les plus improbables pour tenter de rejoindre Jean Philippe qui est à, vous avez compris, Lescun.

Marche d'approche... Sanchèse en fond d'écran

Belle fleur endémique des Pyrénnées Autre belle fleur, moins souriante toutefois...

On se retrouve, on quatrequatre tant bien que mal avec nos 4x2 sur les pistes défoncées du plateau de Sanchèse. Mais c’est beau !

C’est parti pour 30 mn de grimpette sous un petit ciel nuageux, sans plus.

On trouve l’entrée du canyon, ça démarre fort avec des rappels quasiment enchaînés les uns aux autres, le 45 est de toute beauté, même s’il arrose un peu dans des pincements captifs...

Les derniers rappels, y déchirent sa race ! Conciliabule sur les clés

Un dernier pour la route ? Le final sous le regard amusé des touristes

Petit canyon très sympa, lequel, d’un commun accord, mérite ses 3 pattes d’ours, malgré la brebis crevée au milieu du jus tourbillonnant.

Du coup, comme on a le temps et qu’il fait finalement super beau (on a une vue splendide sur les orgues) on laisse Paxkaline équiper. Elle y met de l’enthousiasme, elle équipe le final de toute beauté, une C20 avec main courante rappelable et un relais suspendu un peu exigu. Elle s’en tire bien la bougresse, encore une graine de future diplômée !

On termine dans une vasque frisquette au milieu de truitelles, sous les applaudissements de touristes en short et claquettes. Vive la mixité sociale.

Un vieux montagnard qui passait par là, pris la main dans la gamelle. Paxkaline nous équipe le dernier rappel

En cassant la croûte sous un arbre, on hésite à enchaîner le sharrumbaut de la Brénère ou le canyon d’Anitch, mais finalement, comme l’un de nous a promis à sa femme de rentrer au plus vite pour faire la vaisselle et étendre le linge, on rentre.

Un café à Lescun et à la prochaine.

Serge

 

Posté par sergeplanes à 19:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]