Voyageurs des strates

04 janvier 2019

Vidéo du Bitet - septembre 2018

Rappel - rafraîchissement de mémoire, la vidéo du Bitet de septembre 2018.

Merci Jean Philippe...

Leize Mendi - Canyon du Bitet inférieur

Posté par sergeplanes à 19:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]


19 décembre 2018

Gouffre des Charentais

Dans le but de trouver ce fameux collecteur d'Orion,un mail de Philippe Bussard retrouvé par hasard,m'incite à reprendre cette cavité très bien placée sur le cours d'eau situé quelque part en dessous.IMGP2866 - copie

L'objectif du jour est de sécuriser l'entrée ou un énorme bloc bouge et menace de partir.Vu que nous avons planté un spit dessus,ça serait bête de jouer à la roulette russe.Le deuxième objectif est d'aller dans le réseau - 82 pour juger de l'ampleur d'une éventuelle désobstruction.Un vent du Sud impressionnant souffle en altitude et nous apprécions aujourd'hui d'être plus bas dans la fôret.

Nous attaquons l'extraction du bloc menaçant de partir et cette tache va nous prendre plus de temps que prévu car de coincement en coincement,il refuse d'aller voir plus bas,mais notre acharnement paye et finalement l'entrée est sécurisée.IMGP2875 - copie

Valérie attaque l'équipement de la cavité qui est principalement verticale,P 34, P10,R 2,R 3,P 20,et P 12.IMGP2901 - copie

IMGP2903 - copieArrivés en bas de cette branche,nous constatons que la désob va demander beaucoup de temps et surement des moyens très percutants et nous décidons du coup de ne pas laisser équipé et de nous consacrer plutôt à la branche - 111,objectif d'une future sortie.

Retour tranquille vers la surface et descente paisible vers la voiture.

Valérie,Alexis,Philippe.

Posté par aven à 11:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 décembre 2018

grotte de la Séquette

Sortie spéléo d’initiation à la grotte de la Séquette(vallée d’Aspe, Lées Athas), avec le FAM Bizideki de Larceveau et le foyer de vie d’Accous. Lundi 3 décembre 2018

 

Participants : Isabelle, Ilya, Stéphane, Antoine, Jean Michel (éducateur à Larceveau), Jordan (éducateur à Accous), Alexis (Leize mendi)

 

Cette année, nous nous déplaçons en vallée d’Aspe, à Lées Athas, pour une sortie spéléo dans la grotte de la Séquette. Les résidents du foyer de vie d’Accous sont presque à domicile. On se retrouve à 10h30 à Accous, puis on se déplace, avec moins de véhicule, en direction de la grotte de la Séquette.

Après avoir enfilé la combi,le casque et l’éclairage, nous attaquons la marche d’approche tranquillement. Stéphane prend le temps et apprécie le paysage. Sur la fin de l’approche, dans la partie raide, je mets en place des cordes pour faciliter la progression. C’est bien glissant … Jean Michel, qui a un œil bien affûté, devine une sente moins pentu qui semble revenir sur le chemin principal.

Quelques petites consignes et on se faufile dans l’entrée. Tout roule même pour Stéphane qui fait sa première sortie spéléo. On passe discrètement à côté de quelques petits rhinolophes puis on continue la progression dans la galerie supérieure. Ilya n’est pas à l’aise avec quelques passages en hauteur, mais en le motivant, il réussit à franchir ces difficultés. Un peu plus loin, je me positionne dans une fissure pour éviter des glissades et on arrive à la chatière en hauteur. Chacun se positionne. Jordan donne un coup de main pour la montée. Je les réceptionne à la fin de la chatière et Jean Michel les accueille un peu plus bas. Ils s’en sortent très bien et chacun fait preuve d’une souplesse exceptionnelle pour négocier la sortie de la chatière. Dans la salle de la cascade, on prend le temps d’observer les niphargus présents dans une petite vasque et on se dirige vers l’amont pour mieux voir la cascade. Le débit est très faible, toute l’eau part dans le tuyau de captage. Du coup, on emprunte la galerie inférieure pour continuer la visite. Quelques mètres de ramping sont nécessaires pour déboucher de nouveau dans une jolie salle. A cet endroit c’est la pause bien méritée. Jean Michel sort de sa besace, quelques gâteaux bien appréciés. On admire ensuite la salle avec ses belles concrétions blanches avant de continuer la galerie inférieure. On s’arrête avant que ça ne devienne trop étroit. La traversée n’est pas au programme, on revient donc sur nos pas, mais en faisant une variante qui nous ramène à la vasque des niphargus. La chatière se présente à nouveau. Antoine ne voit pas trop comment la négocier, il essaye la tête et les pieds en même temps, autant vous dire que ce n’est pas la meilleure solution … Isabelle lui fait une belle démonstration et Antoine enchaîne le passage sans problème.

Il ne nous reste plus qu’à rejoindre la sortie. On a passé environ 2h15 sous terre. La sente repérée par Jean Michel est effectivement bien moins raide, on évite donc pas mal de glissades pour revenir aux voitures.

Un bon pique nique (à l’heure espagnole ...) en guise de récompense du côté d’Accous et chacun repart de son côté !

 

Alexis

DSCF6231

DSCF6234

DSCF6236

DSCF6239

DSCF6240

DSCF6241

DSCF6242

DSCF6243

DSCF6246

DSCF6248

DSCF6250

Posté par urkalex à 12:48 - Commentaires [1] - Permalien [#]

12 décembre 2018

Prospection sur Ydopil

Retour sur Ydopil avec 3 objectifs,redescendre dans le Y 105 afin de lever le doute sur la possibilité de continuer l'explo dans ce gouffre,retrouver l'entrée du Y 1 ,et prospecter la zone.

Ne me souvenant plus trop quel chemin il faut emprunter pour acceder au Y 105,je ne suis plus revenu dans la zone depuis un bon moment déjà,nous attaquons par le sentier le plus évident.C'est en fait celui qui passe devant l'entrée de la grotte aux Ours et nous nous retrouvons trop à gauche de l'objectif recherché.Du coup,nous retrouvons le sentier menant au Y 1.J'étais persuadé que ce gouffre était situé au bord du sentier et je ne retrouve pas l'entrée.Je m'acharne à un endroit croyant reconnaître le coin,et pensant que l'entrée a été rebouchée,mais force est de constater que mes souvenirs me font défaut.

P1030867C'est Alexis qui retrouve l'endroit décalé d'une cinquantaine de mètres par rapport au chemin.Le caillou balancé dans le P 40 d'entrée nous signifie que nous sommes au bon endroit.

Direction maintenant le Y 105 qui est plus facile à retrouver malgré la végétation dense constituée d'une multitude de jeunes hêtres.

P1030880Nous descendons à deux dans la cavité et constatons rapidement l'abscence de courant d'air et le boulot énorme de désobstrution qu'il y aurait à faire.Dommage car le trou est idéalement situé à la verticale d'un gros puits remontant dans le Y 1.Olivier avait dit vrai.

Il nous reste pas mal de temps et nous partons prospecter cette superbe zone d'Urkulu.

Nous repassons une dernière fois dans le secteur du Y 1 et Alexis en bon découvreur de cavité en découvre une.P1030878

Il s'agit d'une faille descendante et les cailloux jettés dans l'entrée ont l'air de descendre pas mal.

Après avoir nettoyé le départ du puits,Alexis s'attaque à deux gros morceaux qui partent plus bas.Il peut du coup effectuer la descente en sécurité.Malheureusement,les blocs ont quelque peu bouché la suite qui se présente sous la forme d'une faille qui plonge.Nous serons obligés de revenir avec des moyens plus percutants.Un bon signe cependant,c'est la présence d'un net courant d'air.P1030870A poursuivre.

Alexis,Philippe.

 

Posté par aven à 15:51 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Un gouffre sur Ydopil

Sortie spéléo du 6 décembre 2018

Participants: Philippe P, Alexis

Nous retournons explorer le gouffre aperçu la semaine dernière sur Ydopil. Pour faire une marche d'approche assez cool, on se gare au col d'Azpegi. On retrouve assez rapidement l'entrée et j'équipe le puits sur des arbres. Une fois en bas, la suite se présente sous la forme d'un ressaut de quelques mètres, plutôt "estrechos". Mais on voit que plus bas, ça s'élargit. Je bataille pas mal en dégageant quelques cailloux pour descendre et aussi pour anticiper sur la remontée qui risque d'être merdique. Philippe me précise qu'il est en possession du bureau et du martin. Du coup, je m'y engage, on verra pour la remontée. Plus bas, c'est pas large longtemps, je fouille à doite à gauche mais pas de suite évidente.

Pour remonter, comme prévu, ça coince ! pas de prise de pied c'est la misère. Philippe me passe ses outils et je désob en éclatant un vieux morceau de tronc coincé (c'est toujours mieux que dans du caillou !). Maintenant c'est bon, je rejoins Philippe et on mange un morceau au soleil.

On profite de la météo plutôt sympa pour prospecter sur cette zone. On passe devant l'entrée de la grotte aux ours qui exhale un bon courant d'air aujourd'hui. On essaye aussi de repérer le porche effondré qui a servi jadis d'entrée pour les nounours et nos ancètres. Quelque chose y ressemble vaguement, on suppose que c'est bien ça, mais déception, on s'attendait à quelque chose de plus spectaculaire.

Pas d'autres découvertes notables le reste de la journée, on retourne au club pour boire une bière.

Alexis

l'entrée de la cavité

Philippe, éblouissant, en bas du puits d'entrée

Posté par urkalex à 15:45 - Commentaires [2] - Permalien [#]


03 décembre 2018

Haraska 01/12/2018

Le rendez-vous fort matinal de 7h30 au local, pour les adhérents de la côte, a été récompensé par un café très bien venu.

La section canyon du club n’est pas encore tentée par le « Ice Canyon » on reste modeste, pour ce premier décembre nous étions sur du « Hotz Canyon ».

Haraska est un ravin sur les flancs du pic des Escaliers qui se jette  sur le ruisseau d’Ilhunatzeko erreka, partie haute du Laurhibar : tout cela pour dire que ce samedi, pas de soleil, un petit crachin et une température de 6°, cela pelé dur à Mendive.

Le groupe « Même Pas Peur », face à ces éléments défavorables, s’est lancé à partir de 10h dans la descente de ce ravin très dernièrement rééquipé par Iban et Fred ce printemps. Sur le topo de Javier Iturritxa le programme indiqué 12 rappels et un canyon peu aquatique.

DSCF0598    DSCF0603

Avant de descendre, une marche d’approche de 40’ par  « una loma oeste » dixit le topo, nous a vite fait comprendre qu’il s’agissait d’un « pattar », comme on dit sur la côte, ou d’un mur raide à gravir : il faisait bien moins froid au moment d’enfiler nos néoprènes.

DSCF0604    DSCF0606

 DSCF0618   

Au premier rappel, très vite nous nous sommes rendu compte qu’il avait bien plu dans le secteur ces derniers jours, il était arrosé pour un débit plus que correct. Après ce départ le ruisseau s’engage dans la roche taillée en V, les rappels s’enchainent en continu. Des passages sous des arbres de grande taille récemment tombés, des descentes en opposition et des  rappels arrosés constituaient le programme de cette portion. Avec 3 kits de cordes les installations de rappels se sont enchainées et sont allées bon train, malgré tout, le froid était bien là et il fallait le combattre : nous sommes  devenus les « Même Pas Mal » 

DSCF0619    DSCF0607

Le « Hotz Canyon » demande surement du courage mais une pause salon de thé est nécessaire, aujourd’hui verveine citronnée ou café étaient à la carte, mais les plus gourmands ou frileux avaient le droit aux deux. Un peu plus tard le rituel casse-croûte a été bien apprécié et surtout bénéfique : un élément du groupe n’a pas pu résister à faire son cinéma en exécutant une pirouette mal contrôlée. Le jury n’a pas validé la difficulté technique qui était faible mais a apprécié (ou a eu peur) l’effet de surprise, bilan 9 points……..de suture sur 10 possible.

DSCF0628    DSCF0648

La fin de la descente, où la température était notablement meilleure, ne fut qu’une succession de désescalades glissantes et foireuses (à oublier sinon on ne le refait plus).

DSCF0624    DSCF0650

Au total 4h50 de descente, pause-, café – casse-croute et pirouette compris puis 40’ de marche retour.  Le dernier casse-croûte à la voiture, les bières de Kristof et les vêtements secs nous ont réconciliés avec le « Hotz canyon ».

Bravo aux « Même Pas Peur, Pas Mal » qui ce jour-là étaient :     

Kristof, toujours libre le week-end,

Valérie, une inconnue qui passe partout,

Jérôme, le cafetier des îles,

Fred, monsieur météo tragique

et Gérard, le cascadeur.

GG

Posté par fr3d0 à 18:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 novembre 2018

Le gouffre d'Iropile

Voilà une bonne quarantaine d'années que personne n'était revenu dans ce gouffre pourtant situé à 10 m de la route et à une centaine de mètres du Béia.

Alexis étant dispo,c'est à deux que nous partons refaire un tour dans ce bel oublié.

J'ai pris de quoi enlever les arbres et broussailles présents à l'entrée de la cavité mais finalement nous n'aurons pas besoin de faire un grand nettoyage.En revanche,heureusement que nous avons pris de quoi rééquiper car il n'y a aucun spit au départ du P 30.P1030802Je sais bien que nous disposons de perfo aujourd'hui qui facilite grandement le travail mais quand même,ils équipaient vraiment craignos à l'époque !  Gilles ou Gilbert,si vous me lisez vous vous reconnaitrez !

Alexis se charge donc de nous faire un équipement béton et nous descendons ce magnifique P 30.De toute beauté !

Malheureusement,l'arrivée un bas du puits contraste quel que peu avec l'esthétique du puits.P1030807C'est une décharge à ciel ouvert,un véritable dépotoir.Quelle honte de voir ça !,ça mériterait une bonne dépollution afin de redonner à ce gouffre sa beauté originelle.P1030814

P1030823La suite se présent sous la forme d'une escalade de 3 mètres un peu exposée mais Alexis pose une corde et le passage est sécurisé.P1030825Un P 16 fait suite à ce passage et nous trouvons le seul spit présent dans la cavité.La aussi un rééquipement est nécéssaire.

Nous atteignons rapidement le fond en espérant que depuis 40 ans les choses aient changées mais malheureusement nous ne trouvons rien si ce n'est encore une fois des déchets.Pourtant,le gouffre est très beau et ressemble comme deux gouttes d'eau à son grand frère voisin,le Béia.

Nous repartons vers la surface ou encore une fois un vent du Sud glacial nous acceuille.

Après un petit repas au refuge des douaniers côté espagnol,nous partons prospecter du côté d'Ydopil.Nous passons près de l'entrée de la grotte aux ours ou nous constatons qu'ils viennent d'installer une grille toute neuve.

Nous ne trouvons pas grand chose en montant vers Urkulu mais en redescendant,Alexis repère quelque chose.En s'approchant de plus près,une superbe entrée de gouffre apparaît.Un vieux marquage indique apparement que le gouffre ne serait pas terminé.

A revoir rapidement !

 

P1030809Alexis,Philippe.

 

 

Posté par aven à 12:40 - Commentaires [2] - Permalien [#]

23 novembre 2018

Escapade au Sud

Profitant d'une des dernières journée de beau temps avant l'hiver,je me joins,à l'invitation d'Alexis,au retour sur Errozaté afin d'aller explorer une petite grotte repérée lors de leur précedente exploration.Valérie est de la partie.

Un vent de Sud glacial nous acceuille là haut et nous ne trainons pas pour rejoindre la grotte entrevue.P1030769Alexis nous pose une superbe main courante afin de rejoindre le petit porche situé juste au dessus du P 20 magnifique par ailleurs.Parvenus tous les trois à l'intérieur,Valérie part à doite,Alexis à gauche et moi je fais quelques photos.Malheureusement,pas de suite notable à se mettre sous la dent.En revanche,la situation particulière de cette grotte est remarquable et nous l'appelons evidemment la grotte du Belvédère.P1030773

Du coup,nous repartons vers la voiture afin d'aller voir et descendre une cavité que j'avais pointé il y a quelque temps déjà.La remontée est hardue pour mes vieilles jambes mais une formalité pour Valérie,c'est beau la jeunesse !

La cavité se situe sur la zone Pic d'Orhy dans un superbe endroit particulièrement en Eté.

P1030778Valerie attaque l'équipement qui est à refaire completement ou plutôt à faire car un malheureux spit est présent et très mal placé en plus.Les seules infos dont je dispose sont la profondeur,- 46m,et le dévelopement,50m.Quand j'avais retrouvé cette cavité,j'avais entendu le bruit d'un cours d'eau au fond mais peut être avais je rêvé.Finalement non,puisque nous l'entendons aujourd'hui.

P1030781Le puits d'entrée fait entre 15 et 20m mais il est plutôt mal fichu et l'équipement demande un peu de temps.L'arrivée se fait dans une salle assez grande et la suite se fait en descendant un petit méandre ou le pendage est bien apparent.Nous arrivons rapidement sur le cours d'eau dont le débit est conséquent.P1030787Valérie et Alexis jettent un coup d'oeil dans l'amont mais il se pince assez vite.Le ruisseau coule sur le socle et file vers l'aval mais pour aller voir le fond il nous faudrait un bout de corde que nous n'avons pas.Nous repérons le deuxième spit des précedents explorateurs,deux spits pour descendre ici,c'est limite quand même !

Je suis étonné du débit présent dans le gouffre et que nous n'apercevions pas la sortie du cours d'eau plus bas.Cette zone mériterait peut être une revisite approfondie d'autant plus qu'Alexis repère une résurgence sur le flanc opposé et qui apparement serait pénétrable.Il reste aussi à revoir le gouffre ou des suites sont possibles.Nekez Egina

Valérie,Alexis,Philippe.

 

Posté par aven à 10:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 novembre 2018

Prospection sur Errozate, jour 2

Prospection spéléo du vendredi 16 novembre 2018

Participants: Philippe A, Valérie, Alexis

Cette fois-ci, nous sommes 3 pour faire l'explo de ce fameux trou situé sur le flanc de l'Errozate. Et en plus on va pouvoir le descendre, j'ai pu le repérer la veille et le pointer au gps tant qu'à faire. M. Brouillard nous a quitté et tant mieux.

On laisse la voiture en contrebas du sommet vers 1270m pour progresser sur l'arête NO. Il m'a semblé la veille, que l'approche serait plus simple et moins longue étant donné que le trou est à 1080m. On le trouve assez rapidement, je commence à spiter, Valérie m'assiste alors que Philippe part pointer un trou sur mes indications (pas très bonnes manifestement ...). Il revient une 1/2 heure plus tard après avoir quasiment gagné le sommet mais sans avoir trouvé le trou. J'avais repéré de loin ce trou en redescendant l'arête NO. De notre côté, ça n'avance pas bien vite étant donné qu'on a oublié les mèches de 12 pour le perfo (et oui ce n'est pas que moi qui suis en cause, on est une équipe, et c'est moi qui écrit le CR !). Donc 4 spits plus tard (même assez tard, Philippe est affamé), on descend le puits d'entrée d'environ 20m de profondeur, de belles proportions et avec des parois caractéristiques de la brèche rose du Cénomanien (crétacé sup). En fait c'est quand même du calcaire mais qui s'apparente à un poudingue avec des reflets roses. Si vous ne me croyez pas, allez voir le site infoterre et allez vérifier sur place !

En bas du puits, une pente terreuse aboutit à un éboulis. On y dégage quelques blocs, on sauve en même temps (ou pas ...) un jolie crapounet (dixit Valérie). Cette dernière s'insinue dans une vilaine étroiture en haut d'un R2. En bas c'est bien bouché, dommage.

On remonte puis on mange (Philippe est soulagé, il a frôlé l'hypoglycémie). Et après on va essayer de trouver le trou de l'autre côté de l'arête. On y est assez vite mais en fait, pas de trou, une bonne illusion d'optique !

Sur le retour, on prospecte dans l'arête. Puis une petite bière à la voiture au soleil (les fondamentaux tout de même !)

Mais il faudra revenir, en haut du gouffre du Crapounet, il y a aussi une grotte difficile d'accès (main courante à poser, et sans perfo, c'est long!)

Alexis

c'est là que ça se passe

le trou de loin

yes, ça continue !

ben en fait non ...

Valérie qui remonte

là c'est Philippe

le gouffre derrière les gens, et la grotte à explorer !

Valérie en pleine prospection, à donf

Posté par urkalex à 18:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Prospection sur Errozate, jour 1

Prospection spéléo du mardi 13 novembre 2018

Participants: Valérie, Alexis et Jean Jacques Brouillard (pas hyper bavard mais carrément emmerdant !)

L'idée du jour était de retrouver un trou observé de loin avant que nos cerveaux ne défaillent et que ça tombe dans l'oubli. En effet, il y a quelques temps (sûrement déjà 2 ou 3 ans ...), nous avions découvert le gouffre du Frêne sur le flanc pseudo calcaire de l'Errozate et, dans le même temps, nous avions prospecté ce flanc qui ne peut laisser indifférent. En redescendant vers les sources de la Nive, peu après la source de Gohocharo, avec Iban, nous avions repéré grâce à des jumelles, une cavité à la base d'une barre rocheuse. Des chocards tournaient autour ... et quand on connait l'histoire de la découverte d'un célèbre gouffre du département, on pense forcément à un beau vide ...

Donc, nous voici de retour avec Valérie cette fois, et on compte bien remettre la main  dessus. La météo annonce des éclaircies mais c'est pas gagné quand on voit la couverture nuageuse. A l'arrivée au col d'Errozate, c'est la purée, on tente le coup quand même en espérant que ça va se dégager. On descend à la source de Gohocharo mais pas de visu au dessus. Une petite montée foireuse dans les brachypodes trempés et on atteint une sente à l'alti 900. Une petite virée à droite, puis à gauche et on se pose au niveau d'une barre rocheuse pour manger un morceau. A cet endroit, on laisse les sacs et on prospecte dans les barres rocheuses des environs. Mais pas moyen de mettre la main dessus, d'autant plus que la purée est toujours bien présente. Après un petit détour touristique aux cabanes d'Aguerre (enfin des ruines ...), on revient vers la voiture qui est presque à 1100 et là, c'est ciel bleu !

On fait une même une séance photo au sommet d'Errozate, mer de nuage, vautours en pagaille, ...

Alexis

Valérie et Jean Jacques Brouillard tout autour

C'est mieux au dessus !

Avec des gros oiseaux

Pas dégueu tout de même

 

Posté par urkalex à 17:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]