Samedi 25 juillet 2009 – canyon Errekaltia – Ste Engrâce.

IMGP0641

Thomas, Martin, Serge

Leize mendi ou dans la famille Planès, je voudrai le père, le fils et le sain d’esprit.

Journée prévue sur le calendrier, mais 2 candidats seulement, un père et un fils.
Au final, je parviens à décider un troisième larron qui se trouve être un deuxième fils.

La partie n’était pas gagnée d’avance car le chalenge le plus important était de les faire lever à 7 heures du mat pour un départ à 8 h. Un samedi, la gageure est de taille !

Mauvaise langue que je suis, ils sont prêts à l’heure. Bon, ça c’est fait.

Certes à moitié réveillé et à moitié déjeuné, mais bon, ils sont là.

IMGP0645On passe au local prendre quelques bouts de cordes plus quelques accessoires plus ou moins utiles comme des baudriers, des sacs et des descendeurs.

Une heure et demie de route en comptant le détour à l’arrivée du canyon où on cache dans un coin quelques fringues sèches pour après.

IMGP0657Une quinzaine de minutes de marche d’approche et on est directos dans le vif du sujet avec un petit rappel de 8 ou

9 mètres

.

IMGP0651Pour le fun, c’est Thomas qui coache et équipe la totalité du parcours sous mon regard approbateur ou inquisiteur selon la situation.
Une belle succession de rappels dont plusieurs dépassent la quinzaine de mètres et deux ou trois sous une petite cascatelle marrante. A noter un relais exigu et exposé où seulement 3 personnes peuvent tenir. On était 3, ça tombait assez bien.

12 mètres

de rappel au dessus,

21 mètres

de gaz en dessous.

On termine joyeusement au milieu des touristes de Kakoueta qui nous regardent comme une apparition miraculeuse en amont des gorges.

IMGP0666On en profite pour se doucher gratos sous la cascade qui sort de la grotte. A cette hauteur de chute, le savon est inutile tant la pression est forte. Heureusement, la combi néoprène amortit le décapage, mais pas la froideur du jus glacé qui nous décoiffe grave.

IMGP0663Final extrêmement sportif pour aller récupérer la bagnole garée en amont aux cinq cents diables. On a bien fait du stop, mais au-delà du lieu dit « caserne » on n’a trouvé que 2 tracteurs et 3 chèvres. Et encore, ils allaient dans l’autres sens.

Temps passé en voiture : 3 heures

Temps passé en canyon : 2 h 45

Temps passé dans Kakoueta et à jouer sous la cascade : 0 h 45

Temps passé en tout : (trajet, matos, approche, canyon, pauses, navettes, retour…) 9 h.

On le refera.

Serge