Samedi 13 et dimanche 14 février 2010 – VéTéski

Bernard, Didier, Jean Marie, Pascal, Sergevtt3

10, 9, 8, 7, 6, 5, 4 ….

Vous pensez qu’il s’agit du compte à rebours pour le lancement de la nouvelle activité de VéTéSki à Leize Mendi ?

Non, non, c’est juste le décompte des participants rescapés au fur et à mesure des abandons.

Le premier abandon, il travaille ce dimanche. Mais bien sûr, un dimanche !vtt1
Le deuxième, il est à Baltimore aux « states ». Ben voyons !
Le troisième a 38 de fièvre, C’est ça, 38. Et allez donc !
La quatrième, j’ai pas compris son histoire du tendon à Achile. C’est qui d’abord cet Achille,
Le cinquième a préféré fuir à Bordeaux faire de l’acrobatie chez TOTAL !
Enfin le sixième nous a abandonné le dimanche pour une histoire de St Valentin, alors qu’il s’appelle Jean Marie. Là j’ai pas compris.

Bref, malgré une météo peu engageante, on s’est retrouvé samedi midi devant 5 VTT.vtt2
Première décision intelligente : manger.
Après le café, il a été dur de s’équiper par moins 1 degré sous zéro.

On attaque par une petite mise en jambe d’une dizaine de kilomètres par monts et par vaux, en priant Dieux, Diables et tous les saints pour que le soleil montre un petit bout d’un de ses rayons.

Malgré nos suppliques, la température reste négative et nous sommes positivement gelés, surtout le bout de nos arpions emprisonnés dans une paire de congélateurs à pédales.vtt6

Pour ménager mes pieds meurtris, je feins un raccourci devant chez moi et propose à mes compagnons d’infortune une petite boisson chaude ravigotante. Tu parles s’ils acceptent et avec quel enthousiasme. 

Pendant qu’on fait sécher nos chaussettes, c’est les gosiers qu’on réhydrate avec un petit grog léger. Il faut dire que comme les chaussettes sont longues à sécher, on a le temps de le boire lentement et même de s’en faire un petit deuxième plus léger en rhum que le premier car on est raisonnables. Heu… Attendez…. On est en train de me souffler à l’oreillette qu’en fait c’est l’inverse, le premier grog était serré suivi d’un deuxième encore plus chargé. J’avais oublié.vtt5 

Avec le courage qui nous caractérise, on réattaque vaillamment pour terminer une boucle de 37 km en tout. On finira assez mal dans un champ de boue qui débouchera dans un champ de merde, au milieu des vaches. Toute la mécanique était gelée. Pédales et dérailleurs bloqués par un amas de glace.

Douche, repas en cidrerie et dodo de récupération.

Le lendemain, on décidera une sortie raquette car pour le VTT, c’est marre. raq1

Départ dimanche matin pour une montée vers Iropile depuis le restaurant des sources de la Nive.

On monte gentiment par l’ancien chemin en attendant de chausser les raquettes dans la poudreuse que l’on trouvera aux cabanes de Minazaro.

On croise, sans qu’ils se fâchent, quelques chasseurs sachant chasser sans ses chiens, cachés et chaussés chaudement, choisissant de dessoucher des biches.raq3

En moins de 2 heures on atteint la cabane d’Iropile devant laquelle on rencontre quelques visiteurs à ski, dont le propriétaire du cabanon.

Midi, l’heure de l’apéro, puis le déjeuner. Soupe, charcuteries, thé, café, rien de manque.

Pour le fun, on contourne le plateau d’Iropile pour replonger sur la Nive vers 17 heures.raq2

Nous avons eu la chance d’apprécier quelques minutes de soleil au niveau du plateau qui nous a permis d’apercevoir le Mendilaz. Paysage magnifique, surtout qu’il assez rare de marcher sur une telle épaisseur de neige ici.

Un bien beau week-end. Un peu dur, mais inoubliable.

Sergeraq5