NA_707_Avril_2011_001Nous ne sommes que deux aujourd'hui pour retourner sur Naboléguy afin d'essayer de forcer l'étroiture d'entrée du NA 707.Nous sommes sûrs en effet qu'il existe un puits derrière,puits que nous avions estimé à environ une vingtaine de mètres.

La météo annoncant des orages pour l'après midi,nous partons tôt vers Béhorléguy.Le cayolar est fermé à cette époque mais bientôt la montagne résonnera du son de la transhumance.

C'est lourdement chargés que nous empruntons le sentier qui se dirige vers le trou.Heureusement le dénivelé n'est pas important.Nous sommes vite en bas du premier puits.IMGP0212L'étroiture est sévère.NA_707_Avril_2011_013Au lieu d'élargir vers le bas ou c'est étroit sur plusieurs mètres,nous optons pour partir tout droit afin d'essayer de rejoindre la tête de puits.Le travail se passe assez bien et au bout de quelques heures,il ne nous reste plus qu'a faire partir un bloc énorme qui s'est coincé en tête de puits.Nous remontons et le doux bruit entendu en surface nous fait penser que le dit bloc à dû finir sa course en mile morceaux quelques mètres plus bas.

Et maintenant un peu de première en souhaitant que la cavité ait une suite plus bas.

Olivier installe un magnifique Y et commence sa descente en frottant aux parois recouvertes de mondmilch.IMGP0214Nous sommes en fait en haut d'un méandre qui se tortillonne.

Il arrive une dizaine de mètres plus bas sur un palier formé par un bloc coincé et cinq mètres plus bas en bas du puits.Je le rejoins en frottant moi aussi les parois enduites de cette crème désagréable.

NA_707_Avril_2011_018Nous sommes sur le fond plat au fond du puits et la seule suite visible est un méandre large de dix centimètres.Nous notons la présence d'un courant d'air,mais pas de possibilité de continuer.Dommage.

Nous remontons au moment ou la pluie commence à arriver.

Bon,pour celui ci,c'est terminé,mais il nous reste deux cavités à voir pour la prochaine fois,et une immense zone à prospecter.

 

Olivier,Philippe