Dimanche 5 février 2012 – Grotte de Burgosa
Fréd G, Olivier, Serge

Malgré plusieurs tergiversations, où confirmations et annulations ont valsées à cause de la neige, la pluie, le froid, le verglas, nous avons finalement décidé d’y aller après le café.
IMGP0001
L’objectif étant de retrouver la grotte de Burgosa, grotte connue des anciens, mais pas de nous, pauvres débutants de ce massif. Bien qu’indiquée sur la carte IGN, elle nous reste inconnue.
Armés de GPS et de coordonnées, nous montons sur une fine couche de neige, pour nous garer au virage avant le cayolar de Matchardenea.
Pas très froid, mais une fine couche de grésil nous contraint à la capuche. Lors de l’approche, nous en profitons pour pointer et sonder un trou qui s’est ouvert sur la prairie à 200 mètres du cayolar. Au lâcher du bloc rocheux, on estime la profondeur à au moins 200 mètres et au son qui remonte lors du contact du bloc sur le socle, un volume de 100.000 m3. Donc, on est sûr et certains que le collecteur de la Nive est juste là vu que ce trou ce trouve pile poil dans l’axe Behia – sources de la Nive.
IMGP0002 IMGP0003
On verra ça plus tard, quand on aura éliminé le contenu de la bouteille de cognac qu’Olivier nous a forcé à boire pour nous réchauffer, un surplus des invendus des ses oncles vignerons en Dordogne.
Nous nous enfonçons maintenant dans les pentes du ravin de Salvété à la recherche de cette foutue grotte. La neige, la pente, les arbres tombés, la boue, les pièges, tout concours à nous casser la gueule. Finalement, on atteint le bas du talweg de Salvété, mais point de grotte de Burgossa.
IMGP0004
On y trouve quelques abris sous roche, très jolis, mais rien de pénétrable et rien qui ressemble à la topo que les anciens ont levé et surtout un accès assez exposé dans la falaise, même pour les ours qui devaient se trimbaler dans le coin aux âges farouches.
Au final, on décide de remonter le talweg pour une dernière recherche, mais point de grotte de Burgossa. Olivier persiste un moment dans des dolines en haut du plateau, mais la nuit pointe le bout de son nez, on rentre. La neige a complètement fondue sur la route.
On terminera ce dimanche autour d’un café et d’un chocolat bien chaud, histoire de se réchauffer le corps et le cœur.

Serge