Comment s'imaginer un paysage plus mouvant !

 Nous marchons sur une flèche de sable qui n'était pas là au siècle dernier. Nous imaginons les dunes disparues : elles ont abandonné sur place des blockhaus, désormais submergés à chaque marée. Au loin, des plages qui s'engraissent ou d'autres qui reculent, un phare disparu invisible à près de 2000 m de la côte d'aujourd'hui, un port menacé.

Dans cette histoire, l'action de l'homme a parfois contribué à l'évolution du paysage, en souhaitant pourtant le fixer !, mais c'est la nature qui a le pouvoir dans cette affaire : selon le pouvoir de la houle ou celui des marées, le sable vient, se déplace, danse, revient.

Le vent y met son grain de sable quand la mer y met son sel.

C'est une belle journée de février, en Charente-maritime.

Le maritime ne s'applique pas seulement à la côte, tant les marais intérieurs sont liés à la mer, les paysages se confondent, eau douce, lagune, eau salée, flot de la marée montante... Ne sont claires que les huîtres, à ne pas manquer !

C'est une belle journée à Bonne Anse.

Au début pourtant, l'anse n'en était pas une, tout juste un repli de côte. La flèche de sable qui a créé cette anse que nous parcourons aujourd’hui à pied nous fait aller au bout de la terre. Pourtant cette terre n'est pas ferme. Remplie de la vie qui s'installe, coquillages, oiseaux, flore, elle reste éphémère et délicate.

Est ce que la végétation spécifique qui s'installe dès qu'un fond vaseux lui devient favorable contribue à l'envasement ou bien est-ce l'envasement qui permet à cette végétation de s'installer, nous sommes en eau trouble ! Les parcs à huîtres eux aussi sont déplacés pour suivre les mouvements naturels.

Bientôt cette anse sera remplie par les sables et les vases. D'anse faite de vase et de tangue, de slikke, elle glisse vers le schorre. Si les courants de marée ne sont pas assez forts contre la houle qui ramène le sable, alors le chenal finirait par se combler. Celui-là qui a menacé d'éroder la côte, la pointe de la Palmyre, il y a quelques dizaines d'années.

Le scénario n'est en fait pas encore connu. Les tempêtes sont aussi là pour rebattre les cartes régulièrement. Et les effets du changement climatique ne sont pas entrés dans la pièce qui se joue. Ce sera au prochain acte, celui de ce siècle !

C'était une belle journée de février, à la limite du vent, du sable et de l'eau.

Claire

 

Beau temps

Randonneurs : Claire, Soizic, Cécile, Denis, Malou, Gaelle, Claire

Durée : 4 heures

Dénivelé : 70 m

Distance : 12 km

BonneAnse__34_BonneAnse__3_2012_02_Bonne_Anse Bonne_Anse_sanglier__1_Bonne_Anse_euphorbe