Béhia 14/10/2012 B.Choze – J.Labat – F.Ichas

 

Après une nuit passée dans la bagnole, c'est avec plaisir que je m'extirpe de mon couchage pour déguster rapido un petit dej ventilé par les bourrasques qui ballaient les hauteurs de la forêt d'Orion. Serge nous avaient indiqué un super cayolar dans lequel nous pouvions passer la nuit. Pour notre malheur, d'autres l'avaient trouvé super avant nous. Et oui, nous sommes en période de chasse...

Toutes ces contrariétés font que, finalement, c'est d'un pas léger que nous fuyons vers l'entrée du Béhia. Jolie entrée cachée dans un bosquet, surmonté d'un superbe « arbre à trou » sur lequel nous installons notre corde. Et c'est parti! Nous dégringolons les 400mètres de puits jusqu'à la chatière : vilaine chatière!4 Moi qui vient ici parce que je ne veux plus me vautrer, c'est gagné. Heureusement, après c'est du beau gros.

Suite à la discussion avec Jérôme, nous avons décidé d'attaquer le topo à partir de cette chatière, sachant que nous avons les relevés topo plus l'habillage des puits. Merci Yves (Bramoullé) et PH (Péache).

Sur les conseils de Gilles (Parent) nous opérons en double visées. Birgit et Jérôme aux instruments et moi au carnet-lasermètre. Après avoir convenu d'une heure de replis, direction le bivouac! 478 mètres plus tard, c'est l'heure! D'après le plan existant, nous sommes un peu en amont de la Grande Trouée. A l'aide du laser-mètre, nous sondons plusieurs escalades qui nous laissent rêveurs :

  • « quand on sait la couche de calcaire qu'il y a au dessus... »

  • «  ouais, ça fait un sacré potentiel »

Retour à la salle des Pas Perdus, petite pause goûter et c'est parti! Birgit part un peu en avant car elle fignole sa rééducation de l'épaule et ne souhaite pas se mettre en surchauffe. Remontée sans histoire, le P25 arrose un peu.

 

TPST : 9h