Initialement,nous devions effectuer une sortie au Chevreuil,mais Iban me propose d'aller faire un tour au Lynx,pourquoi pas.Et puis,celà fait un petit moment que je n'ai pas mis les pieds dans cette superbe cavité.

Nous nous retrouvons à 9h au local.Dans le groupe,deux personnes connaissent la cavité,Iban et moi,et deux autres vont la découvrir,Virginie et Pascal.Petit problème en revanche,le stock de cordes est bien maigre.Nous esperons atteindre la salle du Belvedère avec un peu de chance,au delà,on verra bien.

Nous arrivons rapidement au parking de la ferme du Lynx,acceuillis chaleureusement par une troupe de chiens plus gueulards les uns que les autres.Pour trouver les proprios,c'est une autre affaire.Nous avons beau fouiller les écuries,retourner les clapiers,démonter les cages à poules,personne.Quel bordel !! nous les trouvons finalement au milieu des moutons ou plutôt apercevons nous une tête à la fenêtre cassée du hangar demandant en basque : " mais qu'est ce que vous cherchez ! " ( traduction Iban ).

Une fois les présentations terminées,nous nous dirigeons vers l'entrée

 

du gouffre.Lynx dec 2011 012Iban se colle à l'équipement toujours un peu pénible du P 40.Au passage,il faut que l'on revienne mettre une broche à l'endroit de la déviation.Je ne sais pas pourquoi on a oublié d'en mettre une lorsque nous avons broché la cavité.

Au bas du P 5 qui suit le P 40,je remarque un départ en hauteur que je n'avais jamais vu auparavant.C'est un des avantages de l'Ultra Vario par rapport à la Duo,on voit enfin clair ! 

Il faudra revenir et essayer de l'atteindre,il a l'air assez interessant.

Nous arrivons tant bien que mal au plafond de la salle du belvedère et Iban équipe avec le reste de cordes mais malheureusement il manque 1 m pour arriver en bas.Lynx dec 2011 026Il est obligé de remonter et de nous confectionner un passage de noeuds afin d'atteindre le bas de la salle.

J'ai un peu peur que la suite soit compliquée mais je ne m'en souviens plus trop en fait.

Nous nous engageons vers la suite mais nous sommes rapidement bloqués par un ressaut de 4m.Iban parvient à descendre mais je juge la situation un peu trop craignos et nous nous arrêtons finalement là.Il suffit d'un bequet qui lâche et celà peut vite devenir le drame.

Nous reviendrons bientôt pour aller voir le fond du gouffre dès que nous aurons récupéré de la corde.

La remontée se passe sans encombres si ce n'est cette maudite pente terreuse en haut du P 40 ou il faut vraiment marcher sur des oeufs.

A la ferme,ce ne sont plus les chiens qui nous acceuillent mais les cochons cette fois ci.Ils ont dû aimer ma voiture car les traces de leurs séances de grattage sont bien visibles.Quant à Iban,un cochon était devenu fou amoureux de son fourgon.On a hésité un moment à lui proposer de monter....

Virginie,Iban,Pascal,Philippe.