Valérie, Christophe, Frédéric, Gérard, Jean Philippe, Serge

T.P.D.l’O* ; 3 h 30

Canyon majeur du département, pas moins de 4 pattes d’ours sur le topoguide canyons 64 tout de même, il titillait les néoprènes de quelques uns.

C’aurait été péché de rester devant la télé par une telle journée ensoleillée.

Conciliabule sur l'art du noeud 

Le huit sur la corde blanche, la longe sur la bleue...

Certains voulaient le descendre une fois de plus dans la saison, d’autres, le refaire encore plus vite que la dernière fois, un autre encore, le faire avec un maximum de sauts, un dernier enfin voulait sa revanche, sortir de ce canyon avec 100 % de son intégrité physique.

Chacun à sa mesure a participé à la réussite de cette embardée aquatique. Maîtrise des approches et des rappels, connaissance des sauts, professionnalisme photographique, gaieté communicative, j’en passe.

Mikado géant.

C 32 bouillonnante et tonitruante

Si, juste une fois, la corde était trop courte.

Il manquait quelque chose comme 1 m de corde au dessus de la vasque, mais j’ai su, après plouf, que c’était calculé exprès pour que le plus pétochard d’entre-nous saute quand même (contraint et forcé) dans la cascade dite du « Fer à cheval qui rue dans les genoux, cailloux, bobo »

On dit : Eau claire ? Eau froide ! Elle était très claire...

Plif et plouf sont dans un canyon.

En fin de compte plus de mal que de peur. C’est avec ma seule main droite que je tape ce compte-rendu, l’autre bras en écharpe, 1 cm de Flector qui sèche sur l’épaule.

Canyon plié en un peu plus de 3 h 00, franches rigolades et tape sur les cuisses au parking pendant le casse croûte (il fait un peu faim à 3 heures de l’après midi) et merci Gérard pour les bières (pas fraîches), par ce simple geste, tu es digne d’appartenir à Leize Mendi.

Petit café à la caverne des Eaux Chaudes, bises et retour à la case départ.

Encore une belle journée.

T.P.D.l’O*  Temps Passé dans l’Eau

Serge