Dimanche 21 Juin 2009

Canyon d’Althagneta – Pierre-Saint-Martin – Dimanche 21 juin 2009

Participants : Laurent, Olivier, Stéphane

DAlthagneta2epuis longtemps j’avais dans l’idée de descendre ce magnifique canyon de Haute-Soule que je ne connaissais pas, un des plus aériens du secteur de la Pierre Saint-Martin et qui promettait d’être grandiose, 500 m de développement et 300 m de dénivelé. La promesse a été tenue au-delà de toute espérance ! Pffiouuu, ça gaze … ! La météo, cette fois, est bonne, ce n’est pas la grande chaleur estivale mais au moins, nous serons assurés de ne pas avoir d’orages et vu la topo, c’est préférable ! A signaler que pour se rendre dans les canyons de ce secteur, la commune a installé des panneaux de directions qui facilitent l’accès. Nous voilà sur les coups de midi rendus au bord de la piste qui mène à l’entrée du canyon. Nous profitons pour manger et faire nos sacs : 2 cordes de 40 m, des sangles, autrement dit une trousse à spits, quelques mousquetons et une corde de secours de 40 m. Nous partons légers et d’un pas décidé, les eaux sont relativement basses mais toutes les cascades coulent bien. Le premier contact avec l’eau est très rafraîchissant, autrement dit, elle caille vachement !Althagneta3 C’est parti, les ressauts succèdent aux cascades, et comme toujours dans les canyons basques, ça glisse à mort sur les rochers sous l’eau, nous sommes comme des pantins désarticulés, projetés de gauche à droite. Au fur et à mesure nous nous enfonçons dans la masse calcaire et les parois se resserrent, il faut escalader quelques amoncellements de souches et de troncs pour continuer, et les plaquettes aplaties d’anciens amarrages témoignent de la violence des crues dans cette partie. Althagneta1Nous filons bon train, Stéphane nous fait des nœuds bizarres mais efficaces, les rappels sont descendus parfois à deux, un sur chaque brin et aussitôt le premier part devant équiper le suivant. Quant tout à coup, à l’endroit le plus étroit, et après avoir désescalader un amas de branches, l’eau tombe, le bruit est fort, on ne voit pas le bas, Laurent descend, je le suis et en bas c’est la fameuse baignoire suspendue, aujourd’hui on a largement pied dedans mais la vue sur la suite est superbe : une lucarne s’ouvre en pleine paroi sur une cascade d’une trentaine de mètres suivie d’une autre un peu plus haute encore.Althagneta4 C’est très aérien, la paroi est verticale et lisse, en bas de celle ci on se retrouve sous l’eau mais sans violence : un régal ! Quelques photos et nous entamons la seconde qui est toute aussi belle et quelques rappels suivants nous atterrissons dans les gorges de Kakueta, en amont de la visite touristique. La dernière fois que je suis passé ici c’était à l’été 1992, suite au terrible orage dont la crue avait démoli une grande partie des passerelles et autres aménagements pour les visiteurs. Arrêt photo sous la cascade Nous finissons au bar en nage dans nos combinaisons néoprène, une bière pour se réhydrater et une autre pour le goût. En arrivant à la voiture laissée sur le parking, une grande couleuvre nous passe devant les pieds, et nous découvrons un nouveau talent de Stéphane : dresseur de serpents ! Une sculape selon le spécialiste ; Althagneta6nous touchons son corps froid du bout des doigts puis la relâchons, elle doit être stressée de tant de tripotage !

Althagneta5Verdict de la sortie : super, un peu court mais des paysages différents et magnifiques. Au programme : descendre son voisin : Errekaltia, avis aux amateurs !

Olivier